Voila, il y a  longtemps que je m ‘intéresse aux cerfs-volants historiques.
Certains cerfs-volistes  français, ou plutôt, cerfs-volantistes, sont connus pour être des passionnés de  ces appareils 
qui sont à l'origine de l'aviation.
J'en connais quelques uns, mais hélas rien n'est  organisé pour réunir ces puristes.  
Je sais que des passionnés  allemands, néerlandais, ou bien anglais se réunissent pour fabriquer, discuter, 
 échanger, en un mot, vivre le cerf-volant. 
Je voulais les rencontrer,  vivre leurs expériences, connaître leurs passions. 

Samedi matin11 novembre  2006, 
c’est décidé nous partons vers Apeldoorn aux Pays Bas.
Un atelier autour du  Roller Pearson m’attend.
Autoroute A2, puis la Belgique, E19, R0, A 27,  
me voici la frontière Hollandaise. 
Direction Breda puis Apeldoorn.
Après 485km , 6 heures de  route et quelques cafés plus tard, 
nous arrivons enfin à destination
grâce au  plan fourni par Douwe Jan.

Effectivement nous ne nous  sommes pas trompé :une jolie maison en bois ,
 des cerfs-volants qui  obstruent les fenêtres,
une trentaine de véhicules.
Une grande respiration et  nous entrons.
Des cerfs-volants partout.  Des répliques de Conyne, d’Octoplan, de Frantzen, de Cody, de Donzella,
mais  également des Gibson girls, des Targets, de Streiff originaux, des gens affairés  aux machines à coudre,
du bambou sur des tables, du coton de toutes les  couleurs et l’accueil de  Douwe Jan.
Très vite Fritz Sauvé me  reconnaît, il était à Dieppe lors du dernier festival, 
et nous avions alors  discutés de cerfs-volants classiques.
D’une situation d’inconnu,  nous voila avec un ami et  l’atelier me  semble déjà plus facile.
Présentation à tous les  membres présents (40), tous affairés à la construction du roller de Pearson,  objet du workshop.


Il nous est remis un plan,  un sac contenant le matériel pour la confection d’un roller de 1m20, 
et le  matériel pour confectionner chez soi un second plus grand de 2m.
Pas de temps à perdre, nous  sortons la machine à coudre, le fil est installé,
 nous commençons la mise en  place de l’extra fort sur la partie supérieur. 
Deux coutures pour la faire  tenir. Puis nous passons à la couture du carré de renfort 
qui se trouve à la  jonction des barres.
Cela fait, nous avons  rattrapé un peu le retard, en ayant transpiré comme il le fallait.
Il faut savoir que cet atelier  a débuté le vendredi après midi.
Arrive l’heure du premier  exposé.
Franck Schulz nous a préparé  un dossier sur le cerf-volant météo. 
De nombreuses photos accompagnent son  exposé, puis Wolfgang Bieck,
qui est présenté comme le pape de la photo aérienne  allemande. 
Il nous a préparé un sujet très pointu et fourni sur l’île de  Jakarta 
tant par les dessins primitifs retrouvés dans une grotte,
qu’un sujet  sur la pêche par cerf volant. 
De très nombreuses photos  viennent ponctuer la présentation, 
entre autre la fabrication des lignes de  pêche 
avec des fibres d’agave.
Le temps passe vite, et il  est déjà l’heure de se mettre à table.
 
Il est 18h30. Et oui chez  nos amis hollandais comme allemand, nous mangeons de bonne heure. 
   Un frugal buffet nous  attend, il est composé de poissons, de riz, de pommes de terre,
  de nombreuses salades et spécialités qui sont  un vrai régal.

Après cet épisode, retour  dans la salle de projection pour l’intervention de Hans Ulli Draheim,
grand collectionneur allemand, qui nous parle  des cerfs-volants de la deuxième guerre mondiale. 
Nous allons tout savoir sur  le Target, le Gibson girl, le Sault
Après l’exposé, moment de  détente, ou je peux parler avec Hans Ulli du
 « Grand Bazar de  Préfailles » qu’il a visité.
Par chance j’ai pris avec  moi quelques photos, et parmi elles 
se trouvent celle de notre visite à ce même  musée du cerf-volant.
Ulli nous montre alors dans  sa valise un original de Deffain, l’Aigloplan,
 et nous permet de le toucher et  de le photographier.
Avec douceur et respect tout de même, compte tenu de  la fragilité et la rareté de l'appareil.
Juste le temps de retourner  les chaise, et nous voila devant la plus grande tombola cerf-voliste.
En effet,  chaque participant apporte un objet, qui est mis aux enchères.
Se trouve parmi les lots,  aussi bien une paire de chaussette, que des cerfs-volants en plastique,
mais  également un original Gibson Girl, des cerfs-volants modernes, mono ou  pilotables,
des livres et toutes sortes d’autres choses…
Il s’agit d’avoir mis dans  le gobelet voulu le bon ticket
 que nous avons acquit pour la modique somme de  10 euros les 40.
Hélas notre chance ne nous a  pas souri, nous sommes bredouille,
 mais là encore moment de plaisir de voir  gagner tous ces lots hétéroclites.
Avant de nous quitter pour  la nuit, différentes de discussions s’engagent,
 des détails de construction  sont alors dévoilés,
 tel que l’attache des ralingues des ailes de conyne, 
les  diverses coutures spécifiques aux cerfs-volants en coton,
 le renfort des  pointes des barres, etc…Good night et à demain.

 
Dimanche matin,retour dans  la grande salle après un copieux petit déjeuner .
Là les conférences  reprennent, Jan Westering, nous présente son travail
 à partir des brevets  américains concernant le Holland, le Neary, le Dahl,
le Wickersham, le SOS, le  Seydel et le Cooley (voir son site).
Nombre de photos appuient son exposé.
Puis vient le tour d’ Ulli  Draheim qui nous nous raconte sa visite au Grand Bazar à Préfailles,
 où il a pu  voir la collection Deffain, et Georges lui a permis de consulter les anciens  catalogues de la maison.
Là encore plusieurs photos  viennent agrémentés son discours, 
 et  nous avons pu remarquer que Georges Deffain a ajouté d’autres cerfs-volants  dans son exposition, 

par rapport  notre visite qui remonte maintenant à plusieurs  années.
 Il nous faudra retourner sur place pour voir cette nouvelle  présentation.
12h30, Ulli Douwe nous  convie à prendre la photo de groupe après avoir donné 
la succession de  l’organisation à Michael  Rockenthien et  Falk Hilsenbek 
 pour l’année prochaine en  avril à  Water-dome / Röhn près de Fulda  en Allemagne.
Nous avons déjà réservé  notre place, car vraiment,
 nous avons beaucoup appris auprès de nos amis  allemands, néerlandais, et anglais.
 

 

 

 

-----ooooo0ooooo-----